Kingdom Hearts: L'aube du crépuscule


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une lueur blanche au bord du précipice des Ténèbres [PV Naminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Une lueur blanche au bord du précipice des Ténèbres [PV Naminé]   Lun 27 Sep - 23:11

Le portail de Raito avait emmené ce dernier dans un monde qui lui était inconnu. Sans parler de la nuit qui était tombée et qui était un phénomène naturel, l'atmosphère était teintée de Ténèbres. Pourtant, Raito sentait au fond de son être que ce monde était lié de manière très forte à la Lumière. Un bref coup d'oeil au ciel lui apprit que le jour allait bientôt se lever. La Lune était assez basse et s'apprêtait à céder sa place à son frère flamboyant. Peu friand des bains de foule, Raito rabattit sa capuche encore un peu plus sur sa tête et parcourut les rues de la ville plongée dans le noir.

Dans l'obscurité, il discerna tout un pan de mur effondré. Quelles forces avaient été réveillées pour que de tels dommages aient été engendrés ? S'il voulait en savoir plus, peut-être devrait-il suivre cette piste. Ce qu'il fit. Partout où ses pas le conduisaient, des ruines l'attendaient. Des efforts étaient cependant visibles en vue d'une reconstruction. Des morceaux de roches avaient été déplacés, d'autres provenant sans l'ombre d'un doute de murs avaient été remis en place. A force de marcher, Raito découvrit un vallon s'étendre à perte de vue. L'air portait encore les traces d'une bataille acharnée. Une bataille qui, à en juger par les courants perceptibles des forces diluées par le temps, devait dater de plusieurs années. Une durée qui témoignait de l'ampleur de l'affrontement. D'un pas mesuré, en hommage aux combattants de cette plaine, le jeune homme se rendit de l'autre côté. Quel triste spectacle allait-il découvrir une fois arrivé ? Ce qu'il avait déjà vu le préparait au pire. Il finit par arriver au bord d'un précipice qui semblait sans fond. La profondeur du gouffre insondable le rendait plus angoissant encore. Ce lieu... Une bataille plus acharnée encore que celle du vallon avait eu lieu à cet endroit. Les Ténèbres utilisées vibraient encore dans la roche, en ondes malfaisantes qui assaillaient le jeune homme en cape.

Relevant la tête, Raito vit un château. Dans la nuit presque finie, les détails lui étaient invisibles, mais il distinguait tout de même les contours de tours en ruines. Il n'eut pas à s'interroger sur la chose responsable d'une telle destruction. Des émanations ténébreuses lui parvenaient malgré la distance. Quelles tragédies avait vu ce manoir ? Quels malheurs avaient été provoqués en son sein ? Ne désirant pas connaître la réponse de peur de découvrir une vérité plus terrible que celles qu'il imaginerait, il se retourna et observa le paysage. Des falaises abruptes se dressaient de part et d'autre du promontoire où il se tenait actuellement. Il en choisit une et l'escalada rapidement en dépit de la hauteur à atteindre, grandement aidé par ses chaînes. Les pointes de celles-ci s'enfonçaient même dans la roche, phénomène surprenant mais utile. Une fois au sommet, Raito se positionna face au Soleil qui se levait au loin. Désireux d'observer ce spectacle comme chaque jour sans jamais cesser de l'apprécier, il souleva sa capuche suffisamment pour révéler ses yeux.

*Bienvenue, Aurore.*

Plusieurs minutes passèrent durant lesquelles le jeune homme regarda le Soleil se lever sans ciller. Alors il lâcha enfin sa capuche tandis qu'une perle naquit au coin de ses yeux. Elle ne quitta cependant pas la prison de ses paupières. Le jeune homme s'assit, s'enveloppant dans la cape qu'il ne quittait pas. Quelques heures passèrent, puis une lumière attira son attention. Regardant la source de cette lumière, Raito découvrit avec une certaine stupeur qu'il s'agissait du réfléchissement des rayons solaires sur une surface blanche. De loin, le jeune homme vit l'éclat de longs cheveux blonds.

*T'ai-je enfin retrouvée ?*

Sans réfléchir davantage, il sauta du haut de la falaise, sa cape se soulevant et dévoilant son corps. Pendant sa chute libre, il remarqua que les vêtements de la jeune fille se résumaient à une robe blanche et des souliers de la même couleur. Des vêtements que ne portait que très rarement Aurore. Un peu plus bas, et il se rendit compte que la silhouette n'était pas celle de sa bien-aimée. Cette jeune fille était plus petite, et ses cheveux moins ondulés et miroitants. Et avec le bruit qu'il ferait en atterrissant, impossible d'échapper à une conversation. A moins qu'il ne s'enfuie, mais il préférait rester courtois, ayant disposé d'une éducation correcte. Il assumerait donc son apparition, mais tout en gardant sa capuche. Le contact du sol avec ses pieds fut peu brutal, signe d'une certaine habitude. Il n'en souffrit pas vraiment. Bien sûr, il avait déjà fait mieux au niveau de la discrétion, mais cela lui importait peu. A la réflexion, il devait y avoir une chose qui avait souffert de la chute, en-dehors du rythme cardiaque de la jeune fille : ses chaussures. Après chaque saut de ce genre, il avait remarqué qu'elles s'usaient un peu plus, et il avait donc plutôt intérêt à prévoir une paire de chaussures de rechange, ou bien de ralentir ses chutes s'il ne voulait pas se déplacer à pieds nus...

Sitôt redressé, il se tourna vers la jeune fille et sourit du sourire ironique qu'il s'était forgé pour cacher ses émotions. D'une voix assurée, il lui parla en ces termes :

"Désolé. De là-haut, vous ressembliez à une amie qui compte beaucoup pour moi. Faut dire que les jeunes filles blondes c'est pas si rare."

Le jeune homme haussa les épaules en écartant les bras en signe de résignation juste après avoir parlé. Puis il chercha à ressentir les forces dominant le coeur de la jeune fille. Etrangement, ses marques ne décelèrent rien. Juste une petite touche de Lumière, mais dans une quantité négligeable en comparaison des créatures ne décelant qu'une part infime de Lumière. Cette force perçue par Raito ne venait sans doute que de l'esprit de la jeune fille et non de son coeur - en admettant qu'elle en ait un, hypothèse peu probable en raison du manque de Ténèbres et de Lumière en quantités plausibles. Il avait déjà fait l'examen de son propre coeur. Il avait ressenti une part de Ténèbres. Elles étaient donc présentes dans tous les coeurs. L'alignement d'une personne ne dépendait donc juste que de la proportion de ces deux forces. Le jeune homme perdit son sourire moqueur et dit d'un ton plus sérieux :

"Qu'es-tu ? Qui pourrait ne pas avoir de Ténèbres et avoir si peu de Lumière qu'elle en est à peine perceptible ?"

Derrière le tissu, les yeux de Raito étaient braqués sur la jeune fille. Bien sûr, elle ne pouvait pas le voir, et de toute façon, en réalité, ce que les yeux de Raito fixaient n'était que l'endroit où il imaginait que sa tête se trouvait d'après la taille qu'elle faisait lorsqu'il l'avait vue. Il pouvait très bien se tromper sur la hauteur, mais dans ce cas, il rectifierait le tir en se fiant au son de la voix de la jeune fille.

[HRP] Pour les autres que NamM' à qui j'en ai parlé : la perception des forces se fait grâce aux marques et fera l'objet d'une technique passive à part entière. N'étant pas une technique d'une importance primordiale pendant les combats et mon personnage étant proche du niveau où il obtiendra une technique supplémentaire, elle me permet de l'utiliser quand même en attendant. [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Naminé
Dessinatrice oubliée de l'adminat
avatar

Messages : 600
Date d'inscription : 09/04/2009
Age : 22
Localisation : Oblivion Castle

Feuille de personnage
Nom/Prénom, Age, Amis, (Amours), Ennemis:
Expérience:
115/450  (115/450)
Niveaux:
9/100  (9/100)

MessageSujet: Re: Une lueur blanche au bord du précipice des Ténèbres [PV Naminé]   Ven 15 Oct - 19:50

[Désolée d'avance pour ce post franchement pas terrible, je me suis coupée dans mon élan par manque d'inspi et après je l'ai complétement zappé pour finalement rouvrir le doc il y a moins de dix minutes. Résultat j'ai juste modifié la fin de la dernière phrase pour conclure, ça craint mais je trouvait pas mieux. J'espère que ça ira tout de même et désolée pour ce post semblant avoir été pondu par une maniacodépressive-dépressive.]

C'était la fin de la nuit, dehors tout était endormit. Le ciel arborant encore un bleu quelque peu sombre peuplé de quelques étoiles éclairait le Jardin Radieux. Tout n'était que silence et personne n'était là pour le troubler. Personne, pas même Naminé puisqu'après tout une simili n'est pas vraiment quelqu'un on le lui a assez souvent dit. C'était en ce monde qu'était née son originelle, Kairi, la septième princesse de coeur. C'était aussi ici qu'elle avait récupéré son coeur peu après qu'elle -celle qui n'aurait jamais dû être- soit née. Tout était encore calme, et le désert de cette ancienne ville fortifié sous ce ciel indigo donnait une certaine mélancolie à cette scène. Ce paysage harmonieux ou pourtant une ombre se détachait, une ombre blanche comme neige et à la peau de porcelaine. Déjà qu'en journée, à la lueur du soleil si étincelant, elle se démarquait énormément du paysage, mais lorsque la nuit était encore là elle ne se reflétait que d'avantage. Refléter... Un verbe qui convient bien pour une "demi-personne" censée être la copie de son original, un pâle reflet dans le miroir... Déambulant au milieu des rues pavées dans un silence surnaturelle, la jeune fille plus silencieuse que le vent marchait sans réel but. Ou tout du moins sans but bien différent de d'habitude. Depuis qu'elle et Kairi s'étaient séparées elle n'avait eu de cesse de chercher Roxas, mais plus les jours passaient et plus elle avait l'impression que ses chances s'amenuisaient, son espoir s'envolant au gré du vent. Petit à petit alors qu'elle se promenait, tel un fantôme au sein de cette ville elle faisait en sorte d'aider. Un petit coup de main silencieux adressé aux amis de Sora. Sora... Souvent la dessinatrice se demandait comment il allait et où il se trouvait, peut-être avait-il quelques indices concernant son simili. Cela dit elle ne savait pas non plus où le trouver et c'était à Kairi de le retrouver, ca elle avait bien sentit dans le coeur de la princesse que celle-ci était extrêmement inquiète et qu'elle ferait tout pour la retrouver. Elle aurait voulu pouvoir le faire mais elle ne l'avait pu. Redressant quelques pots de fleurs qui avaient chuté durant la nuit, elle remis correctement une rose dans son pot. Une rose... Naminé ne connaissait que trop bien ces magnifiques fleurs souvent offertes par les garçons à leurs petite amies, elle détestait ces fleurs. Elle ne lui rappelait que de la haine et du chagrin, le mépris de Marluxia. Mais ce temps était finit, elle aimait à se le rappeler. A présent que l'Assassin Sublime n'était plus... s'il n'était plus. Car après tout si d'autres membres tels que Zexion avaient pu revenir peut-être que lui aussi avait... Rien que d'avoir cette pensée lui avait donné un frisson, à moins que ce ne soit juste un coup de vent... C'est en relevant son regard charron vers la voute céleste que notre jeune amie se rendit compte que l'aube commençait à poindre à l'horizon, une nouvelle journée se levait et pour une fois il lui semblait presque que l'aurore brillait d'avantage que d'habitude en cette journée tandis que sa douce lumière commençait à envahir le ciel petit à petit. Recommençant à marcher d'une façon quelques peu mécanique, elle continua sa route à travers la ville, son regard se portant vers la Forteresse. Elle se demandais si elle pourrait trouver un quelconque indice là-bas. Peut-être après tout... Se demandant comment elle pourrait s'y rendre elle regarda autour d'elle afin de se repérer tandis qu'elle faisait tourner l'un de ses crayons dans sa main droite -sans doute un moyens pour elle de se concentrer- tandis que l'autre tenais son carnet. Soudain un bruit se fit entendre derrière elle, coupant court à toute ses réflexions. Se retournant vers la source du bruit, elle vit une personne -sans doute une homme- masqué en grande partie d'une cape. Mais elle n'était pas comme celle d'un membre de l'Organisation, non, celle-ci était différente tout comme cette personne. Déjà le blanc immaculé de ses habits -qui n'avait rien à envier au blanc de la robe de la demoiselle- était en total opposition avec les sombres capes des membres, encore plus sombres que la nuit. Du reste elle n'aurait su le décrire car seule la moitié inférieure de son visage était visible. Moitié inférieure où l'on pouvait clairement apercevoir un sourire qui devait se vouloir ironique (du moins de ce qu'elle savait des émotions humaines).

- Désolé. De là-haut, vous ressembliez à une amie qui compte beaucoup pour moi. Faut dire que les jeunes filles blondes c'est pas si rare. dit-il en haussant les épaules.

La blondinette aurait bien voulu répondre face à cet remarque de cet inconnu cela dit elle n'en eu guère le temps ou l'occasion puisqu'à peine avait-elle prit le temps d'ouvrir la bouche qu'il reprenait d'ores et déjà la parole d'un ton semblant beaucoup plus sérieux que précédemment:


- Qu'es-tu? Qui pourrait ne pas avoir de Ténèbres et avoir si peu de Lumière qu'elle en est à peine perceptible?

Le "Qu'es-tu?" blessa quelque peu Naminé, ou tout du moins c'est comme ça qu'elle le ressentait, cela ne lui était guère agréable. Mais peut-on réellement parler de "blessure" ou de "ressentir" lorsque l'on est dénué de coeur comme elle. Elle ne le savait pas vraiment. En tout cas elle finit tout de même par ouvrir la bouche lentement, laissant un peu d'air franchir la barrière de ses lèvres avant de répondre doucement d'une voix mélancolique:


- C'est normal, c'est parce que je ne suis pas humaine... seulement un reflet, qui n'a pas su rester de l'autre côté du miroir. Elle fit une courte pause. Oui, c'était comme cela qu'elle se sentait. Je suis un simili, cela veut dire que je ne suis plus vraiment humaine. Juste une coquille vide, ce qu'il reste d'un corps ayant perdu son coeur... Je m'appelle Naminé. Et vous?

Prononçant cette question, l'adolescente releva soudainement la tête vers son interlocuteur, mais celui-ci ne devait certainement pas la voir, masqué comme il était derrière cette capuche. Elle se demanda d'ailleurs pour quelle raison il en portait une, mais cela dit, elle pensa qu'il ne serait guère très poli de le lui demander aussi préféra-t-elle s'abstenir, attendant patiemment que l'homme tout de blanc vêtu lui réponde.

[J'aurais même pas été fichue de faire avancer le post]

_________________

Tu m'oublieras... à cause de la chaîne des souvenirs qui se romps lentement.
Je vais continuer de croire... qu'un jour nos chaînes se réuniront de nouveaux.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://khtwilightsdawn.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une lueur blanche au bord du précipice des Ténèbres [PV Naminé]   Ven 15 Oct - 22:39

L'aube semblait vouloir montrer sa présence triomphante de la nuit au point de briller plus longtemps que de coutume. Devant elle, les deux jeunes gens vêtus de blanc se faisaient toujours face. Raito, après avoir montré sa méfiance devant le fait inhabituel auquel il assistait, se reprit et afficha à nouveau un air ironique, sans toutefois se remettre à sourire. Il n'avait pas lieu de jeter es braises d'une méfiance inutile, si la jeune fille devant lui était du côté de la Lumière en dépit de l'absence des énergies fondamentales qui composaient le coeur de tout humain. Le jeune homme se détendit et respira calmement en attendant la réponse de la jeune fille. Au son de sa respiration, celle-ci devait choisir ses mots. Elle finit par prendre la parole.

"C'est normal, c'est parce que je ne suis pas humaine... seulement un reflet, qui n'a pas su rester de l'autre côté du miroir. Je suis un Simili, cela veut dire que je ne suis plus vraiment humaine. Juste une coquille vide, ce qu'il reste d'un corps ayant perdu son coeur... Je m'appelle Naminé. Et vous ?"

Des termes qui firent réfléchir notre jeune homme. Ainsi elle n'avait réellement pas de coeur. Cette absence devait créer un tel vide... Raito ne savait pas comment il arriverait à supporter une telle situation - en admettant qu'il y arrive. Il pencha la tête sur le côté et regarda en direction du Soleil qui pointait à l'horizon, un des coins de sa bouche descendant de manière imperceptible. D'un ton plus triste, comme absent de la conversation et regrettant une époque révolue, en écho au ton de la jeune fille s'appelant Naminé, il lui répondit.

"Je comprends... Nous, humains, sommes tous des enfants du Soleil ou de la Lune suivant que notre coeur penche vers la Lumière ou les Ténèbres. Dans ton cas, et j'imagine que ce doit être pareil pour les autres Simili, seul ton esprit détermine ton ascendance. Tu es une fille de l'Aurore."

A l'évocation de ce nom, le coeur de Raito se serra. Réprimant la tristesse qu'il sentait poindre, Raito continua sur sa lancée.

"Je suis un messager de l'Aurore. Je converse avec le Soleil, interroge la Lune et parle avec les Etoiles."

Une réponse certes poétique mais qui ne renseignait guère Naminé sur l'identité de son interlocuteur. Lentement, il baissa la tête puis porta une main à sa capuche et souleva cette dernière. Il se redressa alors, adressant un regard neutre à Naminé. Celle-ci ne se doutait sans doute pas de la rareté d'une telle action, et n'en réalisait donc pas le sens. L'instinct de Raito le poussait à faire confiance à cette jeune Simili. Une confiance qu'il ne s'expliquait pas. Etait-elle due à la ressemblance de Naminé avec Aurore ? Ou bien à la Lumière que dégageait l'esprit de la Simili ? Le jeune homme n'en savait rien. Il sentait juste qu'il pouvait lui révéler le secret de son visage. Ses yeux virant à une couleur proche de l'or, reflétant le ciel autour du Soleil, Raito pencha à nouveau la tête sur le côté. L'air absent qu'il arborait et l'inclinaison de sa tête donnaient l'impression qu'il voyait quelque chose d'invisible à l'oeil nu. Ce qui était peut-être le cas... Seul lui le savait. Lorsqu'il sembla revenir à lui, Raito regarda Naminé avec sérieux et un sourire plus détendu que le précédent se dessina sur ses lèvres. Ce ne fut qu'à ce moment qu'il se décida à révéler son nom.

"Je ne crois pas que ma précédente réponse t'a vraiment aidée, désolé. Je m'appelle Raito. Raito Kami. Je te demande pardon si ma question de tout à l'heure t'a gênée. L'inconnu est parfois assez déroutant, je le crains..."

En regardant Naminé, Raito sentit que celle-ci avait joué ou allait jouer un rôle important pour les mondes ou au moins pour l'un d'entre eux. Son esprit ne s'orientait pas vers la Lumière sans raison. L'Aurore ne choisit pas ses enfants à la légère...
Revenir en haut Aller en bas
Naminé
Dessinatrice oubliée de l'adminat
avatar

Messages : 600
Date d'inscription : 09/04/2009
Age : 22
Localisation : Oblivion Castle

Feuille de personnage
Nom/Prénom, Age, Amis, (Amours), Ennemis:
Expérience:
115/450  (115/450)
Niveaux:
9/100  (9/100)

MessageSujet: Re: Une lueur blanche au bord du précipice des Ténèbres [PV Naminé]   Lun 1 Nov - 18:49

Le mystérieux jeune homme pris quelques instants avant de donner sa réponse, tournant sans nulle doute son regard vers l'astre solaire qui commençait à poindre à l'horizon il répondit d'un ton légèrement absent:

- Je comprends... Nous, humains, sommes tous des enfants du Soleil ou de la Lune suivant que notre coeur penche vers la Lumière ou les Ténèbres. Dans ton cas, et j'imagine que ce doit être pareil pour les autres Simili, seul ton esprit détermine ton ascendance. Tu es une fille de l'Aurore. Je suis un messager de l'Aurore. Je converse avec le Soleil, interroge la Lune et parle avec les Etoiles.


A l'entente de ses mots notre jeune amie porta un doigt à sa bouche et leva un sourcil, répétant doucement la fin de sa tirade tandis qu'elle semblait en proie à une grande réflexion. C'est vrai qu'elle n'avait jamais pris les choses sous cet angle et il était bien la première personne qu'elle voyait le faire. Cela dit sa dernière réponse bien que très poétique ne l'avançait pas grandement et elle ignorait toujours tout de l'identité de son interlocuteur qui commençait à grandement l'intriguer bien qu'elle doutait fort que cela soit possible pour une personne telle qu'elle. Puis lentement, sans qu'elle ne puisse trop savoir à quel moment exact il avait commencé il leva sa main et, dans ce qui était pour lui une sorte rite mais qui demeurait complétement sibyllin aux yeux de Naminé, il releva sa capuche révélant son visage au coeur duquel ses iris prirent une teinte d'or à l'image du Soleil. Une fois chose faite elle le vit de nouveau pencher la tête puis prendre un air absent, laissant présager qu'il était sans doute capable de voir des choses invisible à la jeune fille. Lorsqu'il eu l'air de reprendre le court normal de ses pensée il la regarda dans les yeux avec sérieux puis, lui sourit avant de dire:

- Je ne crois pas que ma précédente réponse t'a vraiment aidée, désolé. Je m'appelle Raito. Raito Kami. Je te demande pardon si ma question de tout à l'heure t'a gênée. L'inconnu est parfois assez déroutant, je le crains...

La blondinette hocha la tête à l'entente de cette réponse, elle savait à quel point il pouvait être déroutant de se retrouver dans un lieu ou une situation dont on ignore tout et les pièges que cela pouvait entrainer... Le visage d'un homme à la chevelure rose lui revenant soudain en tête elle crispa ses bras, serrant son carnet à dessin qui ne l'avait jamais quitté. Relâchant ses muscles elle baissa les yeux et pris une longue inspiration. Il ne fallait pas qu'elle y repense, Marluxia appartenait au passé à présent il n'était plus qu'une chimère hantant ses souvenirs. Mais comment ne pas avoir de telles réminiscences lorsque depuis toujours on manipule le passé? Cela lui était tout simplement impossible et toute sa vie elle resterait hantée par le fantôme de la faucheuse aux cheveux d'églantine. Et encore, avait-elle réellement une vie pouvait-on bien employer ce possessif afin de la lier à l'existence. Après tout les similis ne possèdent même pas le simple droit à la vie on le lui avait suffisamment souvent répété. Pourtant... ce jeune homme dans sa façon d'être et de s'exprimer lui laissait à rêver qu'après tout elle avait peut-être elle aussi sa chance. Un fin sourire se dessina sur ses lèvres, après tout peut-être que tout n'est pas si sombre qu'elle le pensait. Du moins elle l'espérait l'espoir étant bien une des dernières choses qui lui restait ou tout du moins elle aimait à le croire.

_________________

Tu m'oublieras... à cause de la chaîne des souvenirs qui se romps lentement.
Je vais continuer de croire... qu'un jour nos chaînes se réuniront de nouveaux.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://khtwilightsdawn.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une lueur blanche au bord du précipice des Ténèbres [PV Naminé]   Mar 2 Nov - 17:22

Les paroles mystérieuses de Raito semblaient capter l'attention de Naminé. Elle n'avait montré aucune surprise en apercevant les iris dorés du jeune homme, et avait plutôt l'air de se souvenir d'un moment de son passé. A la manière dont elle avait agrippé son petit carnet, le moment en question ne devait pas être des plus agréables. Mais elle finit par se détendre, et très vite il n'y eut plus aucune trace de cette tension. Mais une certaine mélancolie était toujours présente chez Naminé. Sa faible ressemblance avec Aurore poussa Raito à réconforter la Simili. En temps norml, il lui aurait soufflé quelques mots et l'aurait laissée réfléchir à ses paroles. Cette fois, il se montrerait plus explicite que de coutume. Il fit un pas en avant, posa une main sur l'épaule de la Simili, et remarqua qu'elle souriait désormais. Très bien, dans ce cas, il n'aurait qu'à lui offrir un message d'espoir. Il prit donc la parole d'une voix posée.

"Ne perds pas espoir, enfant de l'Aurore. Ta Lumière ne cessera de croître jusqu'à ce que tu deviennes une fille du Soleil. Tous les êtres vivants existent pour remplir une tâche que le destin a créé pour eux. Si tu es un Simili, il y a une bonne raison à cela. A toi de trouver quelle est la mission que le destin t'a confiée et de quelle manière l'accomplir. D'ici là, l'Aurore veillera sur toi comme sur tous ses enfants."

Raito lâcha l'épaule de Naminé, puis arbora un sourire plus joyeux. Il était convaincu qu'elle avait joué ou jouerait un rôle primordial pour les mondes. Le tout était de savoir quand. En penchant la tête sur le côté, il reprit la parole.

"Et son messager t'aidera en cas de besoin. Même si je suis loin, le destin m'avertira au moment opportun."

Le jeune homme attendit de voir Naminé reprendre un peu d'ntrain, puis ses pensées se tournèrent une fois de plus vers sa bien-aimée. Ses mots sur le destin lui avaient rappelé qu'il ne savait pas où se trouvait Aurore et encore moins comment la rejoindre. Son regard se fit à nouveau rêveur, et il décida qu'il s'était interrompu suffisamment longtemps dans ses recherches. il remit sa capuche en place, puis tourna les talons, faisant ainsi voler sa cape.

"J'aurais volontiers passé plus de temps avec toi, hélas une autre personne m'attend quelque part, et je ne peux me permettre de la faire attendre."

Le jeune homme fit quelques pas avant d'être interrompu par la voix de Naminé.

"Raito, attends ! Et toi, quelle est la mission que le destin t'a confié ?"

L'interpellé s'arrêta, et laissa planer le silence pendant quelques minutes. La Simili allait sans doute penser qu'il ne répondrait pas, toutefois il utilisait ce temps pour canaliser les émotions que sa question faisait surgir. Malgré ses efforts, il ne réussit cependant pas à masquer un soupçon de nostalgie dans sa voix lorsqu'il répondit sans se retourner.

"Ma mission... C'est de veiller sur Elle. Mais pour cela, je dois d'abord la retrouver, où qu'elle soit. Elle est retenue captive quelque part, je le sais, je le sens. Quelque part, elle attend ma venue."

A la façon dont Raito avait prononcé le mot "Elle", on sentait l'importance que la personne désignée par ce pronom avait pour lui. Sans un mot supplémentaire, le jeune homme tendit le bras devant lui, et un portail de Lumière s'ouvrit. Il resta immobile quelques secondes devant la masse luminescente et impalpable. Une unique larme tomba au sol avant qu'il ne fasse un pas en avant et disparaisse dans le portail.

*Je te promets de devenir assez fort pour te délivrer, Aurore.*
Revenir en haut Aller en bas
Naminé
Dessinatrice oubliée de l'adminat
avatar

Messages : 600
Date d'inscription : 09/04/2009
Age : 22
Localisation : Oblivion Castle

Feuille de personnage
Nom/Prénom, Age, Amis, (Amours), Ennemis:
Expérience:
115/450  (115/450)
Niveaux:
9/100  (9/100)

MessageSujet: Re: Une lueur blanche au bord du précipice des Ténèbres [PV Naminé]   Jeu 11 Nov - 2:40

[rp tapé avec les yeux fermé les 3/4 du temps, jdois pas être bien réveillée là...]

Tandis que son sourire achevait de s'allumer afin d'irradier à nouveau sur son visage, Naminé sentit la main de son interlocuteur se poser sur son épaule. Elle releva alors vers lui ses deux prunelles charron avant qu'il n'ouvre la bouche pour achever de la réconforter en parlant d'un ton calme:

- Ne perds pas espoir, enfant de l'Aurore. Ta Lumière ne cessera de croître jusqu'à ce que tu deviennes une fille du Soleil. Tous les êtres vivants existent pour remplir une tâche que le destin a créé pour eux. Si tu es un Simili, il y a une bonne raison à cela. A toi de trouver quelle est la mission que le destin t'a confiée et de quelle manière l'accomplir. D'ici là, l'Aurore veillera sur toi comme sur tous ses enfants.

- Ma mission hein... fit-elle légèrement pensive tandis qu'il la relâchait pour prendre un air plus enjoué.

- Et son messager t'aidera en cas de besoin. Même si je suis loin, le destin m'avertira au moment opportun.

Elle ne comprenait pas tout du discours de Raito mais aimait à croire à ses paroles, celles-ci lui redonnaient petit à petit courage et espoir afin de reprendre sa route. A présent qu'elle savait tout ça il fallait qu'elle découvre quel pouvait bien être son but et bien sûr qu'elle retrouve Roxas... En d'autres termes la blondinette aurait du pain sur la planche afin d'accomplir tout ses projets d'avenir. C'est d'ailleurs à cet instant que lui vint une question emplie de son innocence et de sa gratitude envers lui: Et Raito alors? C'est vrai après tout lui aussi devait sans doute avoir un but qui le poussait à avancer. C'est à ce moment là qu'elle repensa à l'instant où il était arrivé près d'elle il avait parlé d'une de ses amies qui lui était très chère. Son but avait-il un rapport avec elle? Peut-être après tout. Elle allait lui poser sa question lorsqu'il remit en place sa capuche avant de tourner les talons.

- J'aurais volontiers passé plus de temps avec toi, hélas une autre personne m'attend quelque part, et je ne peux me permettre de la faire attendre.

Ne prenant qu'à peine le temps de reformuler elle demanda:


- Raito, attends! Et toi, quelle est la mission que le destin t'a confié?


A l'entente de cette question le jeune homme se stoppa net et ne remua plus d'un iota. Se pouvait-il que la dessinatrice soit allée trop loin avec cette question? La réponse était oui mais bien sûr elle ne pouvait guère savoir ça. Alors qu'elle commençait sérieusement à s'en douter cependant et au moment où elle allait s'excuser auprès de lui pour sa maladresse il reprit la parole en ces termes:

- Ma mission... C'est de veiller sur Elle. Mais pour cela, je dois d'abord la retrouver, où qu'elle soit. Elle est retenue captive quelque part, je le sais, je le sens. Quelque part, elle attend ma venue.


Elle? Pas de doute il ne pouvait que s'agir de la jeune femme qu'il avait évoqué plus tôt dans leur conversation. Mais quand à savoir de qui il s'agissait et d'où est-ce qu'elle se trouvait cela était un véritable mystère. Elle aurait aimé le questionner d'avantage à ce sujet ne serait-ce que pour pouvoir l'aider par la suite mais hélas, il ne lui avait guère laissé la moindre information et visiblement il ignorait où elle pouvait bien se trouver. Qui plus est il était déjà partit en empruntant une sorte de portail lumineux d'un blanc immaculé en total opposé avec ceux que Naminé avait coutume de créer et de traverser. Elle eu d'ailleurs tôt fait d'en ouvrir un qui apparu dans de sombres volutes de fumée noirâtre avant de disparaitre sitôt la simili passée afin de rendre à cette ville le peu de sommeil qu'il ne lui restait avant le réveil des habitants.

_________________

Tu m'oublieras... à cause de la chaîne des souvenirs qui se romps lentement.
Je vais continuer de croire... qu'un jour nos chaînes se réuniront de nouveaux.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://khtwilightsdawn.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une lueur blanche au bord du précipice des Ténèbres [PV Naminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une lueur blanche au bord du précipice des Ténèbres [PV Naminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chat-Minou à bord
» [Programme TV] A bord du Charles de Gaulle
» le tableau de bord du KA 50
» journal de bord d'un jeune cpt
» [Blog] Poésie: "Au bord du lac" signé à la plume de TS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom Hearts: L'aube du crépuscule :: Les mondes :: Forteresse Oubliée-
Sauter vers: